Quelques repères et chiffres sur la consommation d'alcool

La dernière campagne de Santé Publique France autour des risques méconnus (hémorragie cérébrale, cancers, hypertension…) associés à la consommation d'alcool, nous donne l’occasion de revenir sur les repères et les chiffres liés à l’alcool.
En effet, l'alcool est la deuxième cause évitable de mortalité par cancer, et est responsable chaque année de 28 000 nouveaux cas. En 2015, le nombre de décès attribuables à l’alcool est de 41 000, dont 30 000 décès chez les hommes et 11 000 décès chez les femmes (soit respectivement 11 % et 4 % de la mortalité des adultes de 15 ans et plus).

Infographie - INCa
Quelle consommation en France ?

Les résultats du Baromètre de Santé publique France 2017, publiés dans le BEH thématique alcool d'aujourd'hui, nous rappellent que :

  • Près d'un quart des Français de 18 à 75 ans dépasse au moins l'un des 3 repères préconisés par Santé publique France,
  • Les hommes sont davantage concernés par ce dépassement (33%) que les femmes (14%)
  • Les plus jeunes consomment plus intensément que les plus âgés, dont la consommation est plus régulière.

Le numéro « Tendances » n° 143 de l’OFDT de février 2021, fait le point sur la consommation d’alcool des jeunes français et indique que :

  • La France se démarque par des niveaux d’expérimentation de boissons alcoolisées nettement   plus   élevés   à   11   et   13   ans que les autres pays européens (respectivement 32 % et 49 %). 
  • Les jeunes Français ont un usage au cours du mois (53 %) qui demeure parmi les plus élevés en Europe 
  • Le niveau d’alcoolisations ponctuelles importantes (API) des adolescents français est comparable à la moyenne européenne (34 %), sans évolution notable depuis 20 ans.
Quels sont ces repères ?
  • Maximum 10 verres par semaine
  • Maximum 2 verres par jour,
  • Des jours dans la semaine sans consommation.

En résumé : " Pour votre santé, l'alcool c'est maximum 2 verres par jour, et pas tous les jours ".

Ces repères de consommation sont valables pour les hommes comme pour les femmes (sauf si elles sont enceintes).
Par ailleurs, nous pouvons rappeler que le verre standard contient 10 grammes d’alcool pur. Il y a donc autant d'alcool dans un verre de vin que dans une chope de bière standard (25 cl) ou un fond de whisky.

Repères - Verres standards
Les aides à disposition

Il est possible de faire le point sur sa consommation d’alcool : Santé publique France a mis au point un nouvel alcoomètre qui permet, à partir de quelques questions, d'évaluer sa consommation hebdomadaire d'alcool au regard des nouveaux repères et d'estimer les risques liés à cette consommation. Il est disponible depuis la page d'accueil du site www.alcool-info-service.fr .

  • Le médecin généraliste

Le médecin généraliste est le premier interlocuteur, il permet de faire le point sur la consommation d’alcool et d’évaluer si celle-ci peut poser problème. Il pourra ensuite conseiller sur les repères de consommation, aider à réduire et contrôler la consommation. En cas de dépendance, le médecin pourra orienter le patient vers des professionnels spécialisés en alcoologie ou en addictologie.

  • Les Consultations jeunes consommateurs (CJC), une aide aux jeunes et à leur entourage

Les CJC accueillent des jeunes consommateurs qui se posent des questions sur leur consommation, ils peuvent également accueillir son entourage. Ces rencontres permettent de faire le point, éventuellement de proposer une aide, une prise en charge sur ces problématiques de consommation. Bien que s’adressant principalement à des jeunes entre 12 et 25 ans, selon leur problématique, des personnes plus âgées peuvent également être accueillies dans ce cadre.

  • L'aide à distance

Par téléphone Alcool Info Service au 0 980 980 930 répond tous les jours de manière anonyme et confidentielle à toute personne directement ou indirectement concernée par un problème d’alcool.

Les écoutants d’Alcool Info Service peuvent informer, conseiller, soutenir et orienter les personnes qui les appellent.

  • L'aide spécialisée

Différentes structures spécialisées en alcoologie et en addictologie permettent d’accompagner les personnes en difficulté avec l’alcool.

  • CSAPA ambulatoire
  • Unités hospitalières d’addictologie
  • Structures de soins résidentiels

Ces structures permettent une prise en charge globale, à la fois psychologique, sociale, éducative et médicale.

  • L'entraide entre pairs

En plus du système de soin spécialisé, il existe l’aide par les pairs.  Ce processus permet d’offrir un soutien confraternel et empathique qui s’inscrit dans la durée et qui aide aussi bien à arrêter qu’à ne pas rechuter. L’aide par les pairs s’incarne principalement à travers des groupes de parole.

 

Sources : Santé publique France, OFDT, Alcool Info Service.